Compte-rendu réunion du collectif du 27 janvier 2017

1 – Bilan de la journée européenne d’action décentralisée du 21 janvier :
En France, à Lille et en Europe : toutes les actions sont accessibles sur les réseaux sociaux #NoCeta21j Il y avait entre 70 et 100 participants à Lille.

A Lille un arrêté préfectoral d’interdiction de manifestation dans certaines rues, nous a obligé de modifier notre programme et de nous limiter à un rassemblement place de la République. Deux autres de nos manifestations (les 25 juin et 24 septembre 2016) ont déjà été partiellement interdites par la préfecture.

Unanimement nous avons décidé d’écrire une lettre de protestation au préfet avec copie à la presse et dans les réseaux sociaux. A l’avenir les déclarations en préfecture seront limitées au stricte nécessaire.

Médiapart relate la réaction de Tokia Saïfi à l’affichage des portraits et noms des eurodéputés qui s’apprètent à voter pour le CETA.

2 – Plan d’action d’ici mi février :

Les interpellations de Mme Tokia Saïfi et de Mr Jérôme Lavrilleux seront poursuivies selon les mêmes méthodes (affichage de leur nom et portrait, interpellation au pied de leur permanence, remise du chèque en blanc…).

Concernant Mr Dominique Riquet, celui ci fait parti du même groupe parlementaire que Marielle de Sarnez (MODEM) qui s’est abstenue lors du vote de la commission commerce international (INTA). Dominique Riquet a récemment demandé au collectif de préciser par écrit nos inquiétudes concernant le CETA. Nos interpellations le concernant viseront donc à le questionner sur son vote le 15 février notamment suite à l’abstention de Marielle de Sarnez.

Nous pouvons joindre les assistantes parlementaires de Dominique Riquet à sa permanence de Valenciennes mail : smascarte@ville-valenciennes.fr        téléphone : Mme Mascarte : 03 27 22 58 32 ou à Bruxelles : Mme Charlotte Norlund-Matthiessen   Téléphone : +32 (0)2 28 47 266   mail : dominique.riquet@europarl.europa.eu

Pas de partant autour de la table pour se rendre à Strasbourg les 14 et 15 février. Une réponse sera faite dans ce sens au collectif national. La communication est cependant lancée sur nos listes mail et sur les réseaux sociaux sur la base d’un départ en bus organisé au départ de Paris.
Concrètement les actions suivantes à mener d’ici mi février sont décidées :

Le jeudi 2 février à 18h30 à la MRES réunion de travail pour préparer les actions du 11 et du 18 février. Un échange de matériel sera fait à cette occasion.

Le samedi 11 février à 14h action d’interpellation de Tokia SaÏfi devant sa permanence place Rihour (remise du chèque en blanc, banderole, tea shirt, portraits) coordinateur Réné.

Le samedi 18 février à 14h30 (lieu à définir) parmi les idées évoquées : die in symbolisant le deuil des citoyens, les alternatives concrètes, votation citoyenne, « rien n’est perdu » : vote des parlements nationaux, interpellation des candidats à l’élection présidentielle, opération « les citoyens vous regardent »…
Cette action lilloise vise à remplacer notre absence à Strasbourg.

Cérémonie des vœux de Lille : une distribution de tracts est prévue le 30 janvier à la Halle au sucre pour le quartier Vieux-Lille et le 31 janvier pour le quartier Vauban Esquermes.
3 – Qu’ envisageons nous dès mars :

En cas de ratification du CETA au parlement européen le 15 février, il est important de maintenir la mobilisation en ciblant cette fois les élus locaux, nationaux et les candidats aux élections présidentielle et législatives et de faire savoir aux citoyens et aux médias que ce n’est pas fini (à titre d’exemple en PJ le visuel fait sur le positionnent des candidats à la primaire).

Les récentes décisions de Trump d’arrêter le TTP et de réviser l’ ALENA peuvent faire penser aussi à un arrêt du TAFTA et à son remplacement par des accords bilatéraux entre les USA et la Grande-Bretagne par exemple, propres à diviser l’UE. Les multinationales, favorables au libre échange risquent de s’opposer à la politique protectionniste de Trump.

Il est nécessaire d’élargir nos débats et nos actions afin de ne pas se limiter au seul CETA et TAFTA mais à un débat plus large sur le libre échange et le protectionnisme, sur les alternatives concrètes en s’appuyant sur le document élaboré par l’AITEC « Pour un mandat commercial alternatif de l’union européenne ».
La charte du collectif prévoit cette ouverture (en PJ).

Prochaine réunion :

Le mardi 28 février 18h30 à la MRES salle Houblon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>